Bilan 2022 : des gains pour le Québec malgré de grands défis

L’automne a été bien chargé pour la députée d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia notamment avec l’étude du projet de loi C-21 sur le contrôle des armes à feu, son passage en Pologne pour discuter de la situation en Ukraine ainsi que celui à Montréal pour la COP15 qui s’est conclue plus tôt en décembre. À travers la crise des passeports, les fraudes à l’assurance-emploi et les difficultés liées aux dossiers d’immigration, l’année a assurément été marquée par la hausse du coût de la vie qui affecte grandement les gens d’ici.

« Je suis très fière du travail de l’équipe du Bloc Québécois qui a mené des batailles importantes à la Chambre des communes pour améliorer la vie des Québécoises et Québécois. Les dossiers ont été nombreux, allant des transferts en santé à la protection du français dans la réforme de la Loi sur les langues officielles en passant par le Chemin Roxham et les forages pétroliers au large de Terre-Neuve. Toutes les interventions faites ont mené à des réflexions et des changements essentiels. Je ne peux que saluer le travail de mon équipe à l’échelle locale qui a accompagné les gens de chez nous à tous les endroits où le gouvernement fédéral a échoué. Que ce soit avec leur dossier d’assurance-emploi, d’allocation pour enfant, de résidence permanente, de passeport ou pension de vieillesse, nous avons été au rendez-vous pour aider notre monde », se réjouit Mme Michaud.

À une période marquée par l’augmentation du coût de la vie, la bloquiste salue le travail des parlementaires dans l’adoption rapide de mesures d’aides comme la bonification du crédit de TPS et l’abolition du nombre maximal d’heures qu’un étudiant étranger peut travailler par semaine. L’adoption du projet de loi C-238 qui vise à protéger les caisses de retraite des travailleurs et qui a été porté depuis des années par le Bloc Québécois représente également un gain majeur. Malgré cela, la députée se désole que le gouvernement ait encore une fois omis d’augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les 65 ans et plus et qu’il s’entête à imposer des conditions au gouvernement du Québec avant de lui transférer les sommes qu’il lui doit.

« Cet entêtement fait mal aux hôpitaux de la région alors que les urgences débordent et que les ruptures de service deviennent malheureusement la norme. Si la nuit porte conseil, espérons que la pause parlementaire des fêtes donnera le courage politique nécessaire au gouvernement pour qu’il fasse la bonne chose. Nous l’attendrons de pied ferme pour 2023 et le Bloc Québécois continuera de montrer sa pertinence pour mener les combats des gens d’ici », conclut la députée.

Facebook
Twitter