Engagements

Le développement régional une priorité pour Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia. Une belle région comme la nôtre mérite ce qu'il y a de mieux, et de rayonner à travers le Québec.

Si le développement régional passe par de nombreuses choses, il faut commencer par valoriser et miser sur nos expertises locales. On doit arriver à exploiter nos forces : les pêches, l'agriculture, l'apiculture, la mariculture, le tourisme, la culture, les énergies vertes et j'en passe.

Le Bloc Québécois est profondément régionaliste et croit en l'unicité de chaque région du Québec pour développer notre chez-nous.

Suivi des engagements

S’assurer de l’entretien des quais fédéraux le long du littoral du Saint-Laurent par la réfection de ceux-ci et apporter une aide aux municipalités à qui des quais ont été ou seront cédés.- Des négociations sont en cours avec le gouvernement fédéral et la municipalité de Nouvelle pour le transfert et la réfection du quai de Miguasha.

Assurer la couverture cellulaire et l’accès à internet haute vitesse sur tout le territoire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.- Grâce au programme Brancher pour innover, le gouvernement fédéral aura permis le déploiement de l’internet haute vitesse sur l’ensemble de notre territoire d’ici le début de l’année 2021. En effet, en décembre 2017, le gouvernement fédéral annonçait un vaste projet permettant de brancher 38 communautés du Bas-St-Laurent et 61 communautés de la Gaspésie. Malgré un léger retard de quelques semaines, nous pouvons maintenant affirmer que le projet sera bientôt complété dans l’ensemble de notre région alors que 99% des résidences de notre territoire auront accès à l’internet haute vitesse.- À propos de la couverture cellulaire toujours inexistante dans certaines zones, un processus d’attribution d’aide financière est en cours. C’est le programme Fonds pour la large bande du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui soutiendra deux projets afin d’offrir une couverture fiable le long de la route 195 entre Amqui et Matane ainsi que le long de la route 132 entre Causapscal et Matapédia. Kristina Michaud et son équipe travaillent à pied d’œuvre pour que les projets retenus soient annoncés le plus rapidement possible et que les installations soient complétées dès l’année à venir.

Soutenir l’industrie de la pêche et de la mariculture et reconnaître ces économies spécifiques en tant que moteurs de développement régional.

Lors de la crise de la COVID-19, Kristina Michaud a martelé plus d’une fois l’importance du soutien aux pêcheurs et homardiers.

La députée est également intervenue lors du débat d’urgence de la Chambre des communes sur la pêche en Nouvelle-Écosse afin qu’Ottawa définisse, une fois pour toutes, la pêche de subsistance.

Reconnaître et soutenir le développement culturel et touristique en tant que composantes essentielles du développement économique des régions.- En cours de réalisation

À l'aube de 2020, nous faisons face à une situation d'urgence climatique qu'on ne peut plus ignorer. Il faut immédiatement prendre des mesures concrètes pour freiner les effets des changements climatiques.

Les gouvernements canadiens se succèdent et on ne sent pas de réelle volonté de s'attaquer à cette problématique, aussi urgente soit-elle. Si les Libéraux de Justin Trudeau ont prouvé qu'ils n'avaient aucune crédibilité en matière d'environnement, le Bloc Québécois se positionne comme un véhicule pour la transition énergétique.

L'avenir économique du Québec se trouve dans les énergies renouvelables. Il est temps d'agir. C'est maintenant, et ça commence localement.

Réalisations

Kristina Michaud a été la 4e députée de la 43e législature à déposer un projet de loi privé à la Chambre des communes. C-215 Loi sur la responsabilité en matière de changement climatique vise à contraindre le Canada à se conformer aux objectifs de l’Accord de Paris en matière de réduction de gaz à effet de serre (GES).

En recherche d’une solution d’échange à l’industrie du pétrole de l’Ouest canadien, Kristina Michaud a participé à la réalisation d’une étude sur la maximisation économique et environnementale de la filière forestière du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Kristina Michaud a tenu son engagement de faire une campagne électorale carboneutre en plantant quelque 50 arbres pour compenser les émissions de GES liés à ses déplacements, dans sa circonscription, à Sainte-Flavie, municipalité qui aspire à devenir la première entièrement carboneutre au Québec.

À l’occasion de la fête nationale du Québec en 2020, la députée d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia a invité sa population à participer à une vaste opération de plantation d’arbres en distribuant gratuitement plus de 1000 arbres dans la circonscription.

Suivi des engagements

Promouvoir l’électrification des transports et encourager l’achat de véhicules électriques avec des incitatifs fiscaux.

Le Plan de relance économique du Bloc Québécois propose des solutions concrètes pour électrifier le Québec à grande échelle.

Qui dit véhicule électrique, dit borne de recharge : les quatre MRC de la circonscription sont déjà bien pourvues avec plus de 30 bornes de recharge publiques.

Défendre une position ferme contre l’exploitation et l’exploration gazière ou pétrolière au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Comme la lutte aux changements climatiques transcende les frontières, Kristina Michaud s’est fermement opposée au projet de mine Teck Frontier en Alberta, qui a finalement été abandonné.

La députée milite également contre tout transport d’hydrocarbure sur notre territoire et nos cours d’eau.

La création d'emploi et le règlement de la pénurie de main-d'œuvre vont de pair. Il faut s'assurer que les gens de chez nous se trouvent de bons emplois et que les entrepreneur-e-s aient de bons employé-e-s.

Il faut déployer des mécanismes pour garder nos jeunes et leur donner envie de vieillir chez nous. S'assurer que nos aîné-e-s ne soient pas pénalisé-e-s lorsqu'ils et elles désirent rester à l'emploi.

Il faut également favoriser la régionalisation de l'immigration et la décentralisation de la fonction publique, pour voir de nouveaux visages s'installer dans notre région. On a la qualité de vie, il ne reste plus qu'à le montrer!

Réalisations

Grâce au programme Emplois d’été Canada en 2020, ce sont près de 250 emplois qui ont été créés dans la circonscription. Un investissement qui se chiffre à 1 047 915$ et qui représente une augmentation de plus de 300 000 $ par rapport à l’an dernier.

Suivi des engagements

Décentraliser la fonction publique en appuyant le projet d'implantation de bureaux fédéraux dans La Matapédia et l'agrandissement ou la relocalisation de l'édifice René-Tremblay à Matane.

La députée s’est entretenue à ce sujet en mai dernier avec le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement du Canada, Steven MacKinnon afin d’avoir une mise à jour sur le dossier de Matane.

Des études sont toujours en cours à Services publics et Approvisionnement Canada afin de déterminer l'ampleur des travaux nécessaires pour maintenir l'intégrité de l'édifice René-Tremblay pour les années à venir.

Les 25 employé-e-s de la paie ont été relocalisés dans un nouveau bureau sur l’avenue du Phare Est à Matane alors que l’édifice dont la construction remonte aux années 1970 était au maximum de sa capacité avec les quelque 420 employé-e-s qui y travaillent.

Combattre l'exode des jeunes et des familles en valorisant le télétravail et en encourageant le travail à distance pour permettre leur maintien ou leur retour en région.

Kristina Michaud soutient le développement des projets tels que celui de La Centrale Matanie qui offre un espace de travail collaboratif permettant de partager des ressources matérielles et humaines qui donneront le potentiel à tous les utilisateurs et membres de développer leur entreprise via un réseau d’affaires collaboratif et proactif.

Exiger une réforme de l'assurance-emploi afin que les personnes de 65 ans et plus qui le désirent puissent demeurer sur le marché du travail sans pénalité fiscale.

Kristina Michaud s’est portée à la défense des aînés à plus d’une reprise afin de réclamer une bonification des prestations du supplément de revenu garanti.

La proposition d’une réforme complète de l’assurance-emploi s’est fait une place dans le Plan de relance du Bloc Québécois.

Proposer la mise en place d'un crédit d'impôt pour les personnes immigrantes et les diplômé-e-s récent-e-s qui acceptent un emploi en région.

Cette proposition s’est fait une place dans le Plan de relance du Bloc Québécois.

Les décisions qui sont prises à Ottawa reflètent très rarement les réalités des régions. C'est d'ailleurs l'une des plus grandes faiblesses de la machine fédérale, qui trop souvent légiférera sans prendre en considération l'hétérogénéité des situations.

Le Bloc Québécois s'est d’ailleurs engagé à défendre les intérêts des régions et à proposer l'assouplissement, la modification ou la bonification de certains services et programmes qui n'aident pas suffisamment les gens de chez nous.

Je m'engage, comme députée, à rendre la vie de mes concitoyens et concitoyennes plus simple.

Réalisations

4 bureaux de circonscription : Kristina Michaud en avait fait un engagement phare de sa campagne électorale alors qu’elle considérait primordial que les citoyens et citoyennes des quatre MRC qu’elle représente puissent avoir accès à un point de service. Celle qui couvre un territoire de plus de 14 700 km² s’étendant sur deux régions administratives mise sur la proximité avec la population.

La santé mentale des agriculteurs étant une grande préoccupation pour la députée, elle a accepté de contribuer financièrement à une initiative régionale en collaboration avec l’Union des producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent pour embaucher deux travailleuses de rang dans l’Est-du-Québec.

Durant la pandémie, la députée a soutenu financièrement les organismes communautaires, banques alimentaires et médias locaux à la hauteur de près de 10 000 $ en plus de remettre des masques N-95 à des professionnels de la santé et des masques chirurgicaux à des organismes communautaires.

Suivi des engagements

Permettre un meilleur accès aux services de proximité, particulièrement pour les aîné-e-s en situation de vulnérabilité et assurer un accompagnement personnalisé pour l’adhésion aux services et programmes fédéraux tels que les pensions de retraite et d’invalidité.

Les quatre bureaux de la députée ont accompagné des centaines de personnes pour le suivi de leurs différents dossiers pendant la pandémie alors que le gouvernement fédéral a décidé de laisser fermer pendant trop longtemps les bureaux de Service Canada en région.

Grâce au programme Nouveaux Horizons pour les aînés, ce sont plus de 400 000 $ qui ont été investis dans la circonscription en 2020 afin de briser l’isolement des aînés.

La députée a également travaillé à l’obtention du financement fédéral pour la construction d’une résidence pour aînés à Saint-Ulric qui verra le jour en 2021.

« Je m'engage à être une députée près des gens, à l'écoute de son monde. Une députée qui prend le temps de s'asseoir avec ses concitoyens et concitoyennes, en écoutant leurs préoccupations. C'est l'approche que je compte emprunter. Je cherche à incarner cette députée que je ne retrouvais pas assez souvent dans le paysage politique. Une voix forte et dynamique à Ottawa qui porte toutes les voix d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia. Une voix forte à Ottawa, mais très présente dans la région, qu'on croise un peu partout, avec qui on peut facilement jaser de nos préoccupations et qui nous entend lorsqu'on est chez nous, dans la plus belle région du Québec » - Kristina Michaud, lors de la campagne électorale de 2019.

Suivi des engagements

Favoriser la mise en place d’une table de concertation régionale afin d’améliorer la communication entre les instances municipales, provinciales et fédérales avec les communautés autochtones de la MRC d’Avignon.

Les différentes MRC et leurs acteurs locaux se sont réunis à de nombreuses reprises lors de la pandémie sous forme de cellule de crise afin de trouver des solutions conjointement aux inquiétudes de la population.

Une initiative à long terme qui réunit les élu-e-s et les acteurs économiques de l’ensemble de la circonscription sera mise en place.

Une relation de confiance s’est installée entre la députée et la communauté mi’kmaq de Listuguj. Kristina Michaud a d’ailleurs publiquement pris position publiquement pour se porter à la défense des pêcheurs de homards et des jeunes de la communauté à qui le gouvernement du Nouveau-Brunswick a empêché l’accès à l’éducation en classe en temps de pandémie.

Valoriser la présence des femmes et des jeunes dans les postes de pouvoir ainsi que dans les conseils d’administration et favoriser l’atteinte de la parité dans toutes les instances.

Kristina Michaud s’est entourée d’un tout nouveau conseil exécutif paritaire et dynamique, alliant jeunesse et expérience en août dernier.

La députée s’est taillé une place dans les associations parlementaires de la Chambre des communes, notamment à titre de rapporteuse de la section canadienne au sein du Réseau des jeunes parlementaires de l’Assemblée parlementaire de la francophonie.

Kristina Michaud continue son engagement auprès des jeunes et des femmes. Elle a d’ailleurs participé à une table ronde sur l’implication des femmes en politique organisée par le Parlement étudiant du Québec aux côtés de Marwah Rizqy, députée libérale de Saint-Laurent ainsi que Catherine Fournier, députée indépendante de Marie-Victorin.

RAISON 1 : POUR QUE LE QUÉBEC SE GOUVERNE LUI-MÊME
SELON SES PRIORITÉS ET SES VALEURS​

Les Québécoises et les Québécois forment un peuple distinct, une nation avec une identité qui lui est propre. Ce qui fait de nous une nation unique repose sur notre culture, notre langue, notre histoire, notre patrimoine collectif, la structure de notre économie, notre système social et notre volonté de vivre ensemble.

Nous voulons faire du Québec un pays parce que pour une nation, se gouverner elle-même, pour elle-même et selon ses propres fins, ses propres valeurs, sa propre culture, ses propres lois tant à l’interne qu’à l’externe est essentiel pour atteindre son plein épanouissement.

C’est en gérant nous-mêmes nos impôts, notre politique internationale et nos lois que nous pourrons atteindre notre plein développement autant politique, économique, environnemental que culturel.

RAISON 2 : POUR UN QUÉBEC PLUS VERT ET PLUS RICHE

Sur son immense territoire, le Québec a accès à une quantité phénoménale de ressources naturelles renouvelables: forêts, eau, ressources minières, terres agricoles, etc. C’est au Québec de décider comment développer et redistribuer cette richesse. C’est un actif réel.

Le Québec est la 27e économie mondiale la plus importante, ce qui le place notamment devant des pays comme la Nouvelle-Zélande, l’Italie ou l’Espagne. Avec son fleuve, il détient un avantage géographique stratégique sans pareil en Amérique du Nord. Nous avons bâti un réseau électrique solide et renouvelable qui sera, contrairement au pétrole bitumineux de l’Alberta, un atout pour l’avenir. Nous pourrions devenir un chef de file mondial en matière d’énergie renouvelable, d’efficacité énergétique et de développement durable.

Le Québec a engendré la Caisse de dépôt et placement, le Mouvement Desjardins, Hydro-Québec, de grandes entreprises telles que le Cirque du Soleil, Bombardier, Canam, IBM Bromont, Ubisoft Montréal, des PME, deux Fonds de solidarité des travailleuses et des travailleurs, un grand nombre de coopératives et des entreprises d’économie sociale. Sans compter le potentiel de création et d’innovation qui fait de l’économie du savoir une de ses plus importantes ressources qu’on retrouve tant dans les grands centres que dans les régions!

RAISON 3 : POUR DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES EN FONCTION DE NOS INTÉRÊTS

Présentement, on envoie la moitié de nos impôts au Canada. Notre argent est notamment dépensé́ pour des programmes dont le Québec ne bénéficie pas.

Après la crise économique de 2008, le gouvernement fédéral a investi 14 milliards $ pour soutenir l’industrie automobile en Ontario. Combien le Québec a-t-il reçu lorsque son industrie forestière a été mise en péril par une infestation d’insectes ravageurs ? Seulement 70 millions. En devenant indépendants, on va dépenser notre argent chez nous, pour notre monde

Quand le gouvernement fédéral a donné plus de 100 milliards $ de contrats à des chantiers maritimes à Terre-Neuve et en Colombie- Britannique, le Québec et le Chantier Davie de Lévis n’ont rien obtenu. Rien pour notre monde. Pourquoi ne pas faire nous-mêmes nos propres choix?

Le Québec produit de l’énergie propre alors que le modèle de développement économique du Canada repose sur l’exploitation du pétrole. Quel intérêt a le Québec à favoriser le transport sur son territoire du pétrole albertain par pipeline, train (Lac-Mégantic) et via la voie maritime du Saint-Laurent?

Le gouvernement fédéral utilise l’argent des Québécois pour financer l’hydro-électricité de Terre-Neuve, qui fera compétition à Hydro-Québec. Le Québec a développé un réseau hydro- électrique qui fait la richesse des Québécois, sans aucune aide du fédéral.

En devenant indépendant, il ne sera plus question de subventionner notre compétition à même nos impôts.

Le Québec ne vit pas aux crochets du fédéral. Lorsqu’on compare les montants des transferts de péréquation par habitant, le Québec est avant-dernier parmi les provinces bénéficiaires, et la péréquation ne paie que de 3 % à 6 % de l’ensemble des dépenses du Québec (IRIS, mars 2014).

En devenant une nation indépendante, le Québec dépensera l’argent selon ses intérêts.

RAISON 4 : POUR DES FINANCES PUBLIQUES SAINES

Le Bloc Québécois croit que la question de la dette publique est importante. Il est impensable de ne pas s’en préoccuper. La situation est cependant loin d’être catastrophique.

En effet, la dette nette du Québec, en pourcentage du PIB (45,1 %*), se situe nettement sous la moyenne des pays de l’OCDE (62,6 %). Elle est moindre que celle de pays comme la France, la Belgique, l’Autriche ou l’Allemagne.

Les études Un gouvernement de trop (2012) et Finances d'un Québec indépendant (2016) ont évalué que si le Québec assumait tous les services fédéraux (assurance-emploi, pensions de vieillesse, relations internationales, défense, dette fédérale, etc.) en abolissant les dédoublements administratifs, l’indépendance permettrait d'épargner des sommes colossales (entre 2 et 4 milliards annuellement). L’actuel premier ministre du Québec, François Legault, est arrivé en plein entre les deux études avec 3 milliards épargnés annuellement.

Le Québec a des politiques fiscales distinctes. Ces choix fiscaux font en sorte que l’on est beaucoup plus avantagé qu’ailleurs en Amérique du Nord en ce qui concerne les services et la qualité de vie, et ce, en fonction des impôts que l’on paie.

Par exemple, une famille au salaire moyen ayant deux enfants aura la charge fiscale la plus faible des pays du G7. Avec ses nombreuses mesures pour aider les parents et les enfants, le Québec est un véritable paradis pour les familles (Godbout, 2008). Le Québec est une terre de solidarité dotée de programmes publics généreux (Centres de la Petite Enfance, accès à l’éducation supérieure à bas prix et avec un régime de prêts et bourses efficace, système de santé public, etc.) qui assurent une égalité des chances.

En raison de son modèle économique et fiscal solide et diversifié, le Québec a mieux su résister à la crise économique de 2008 que les autres pays industrialisés, dont le reste du Canada.

C’est au Québec de décider de notre modèle de redistribution de la richesse. C’est une question de choix, de liberté collective.

RAISON 5 : POUR UN QUÉBEC OUVERT SUR LE MONDE

Des échanges commerciaux du Québec, 83 % sont effectués avec les Américains. Le Québec fait partie du grand marché nord- américain en raison de l’Accord Canada—États-Unis—Mexique. C’est toutefois le Canada qui choisit pour le Québec les États avec lesquels il a des accords commerciaux en tant que pays.

L’indépendance ouvre les frontières là où les décisions importantes se prennent, en permettant au Québec de participer activement aux grands forums internationaux, de siéger à l’ONU, à Kyoto et de jouer un rôle en son propre nom dans la Francophonie.

Le Canada parle en ce moment au nom du Québec dans tous les dossiers internationaux : relations avec des régimes répressifs, changements climatiques, aide internationale, etc. Un Québec indépendant pourra faire valoir nos idées et nos valeurs à l’international.

Un Québec indépendant aura tous les leviers pour appuyer pleinement ses entrepreneurs, ses artistes et ses athlètes pour rayonner dans le monde.

Le Québec est un État francophone démocratique, pluraliste et laïque. Le Québec possède une riche histoire de solidarité avec plusieurs peuples pour qui le Québec a été une terre d’accueil.

Alors que l’idée du multiculturalisme connaît des ratés ces dernières années ailleurs dans le monde et au Canada, l’approche du Québec en matière d’intégration est différente. Contrairement au modèle canadien, le modèle interculturel québécois est axé sur la solidarité.

L’accès à la langue et à la culture publique commune du Québec permet aux nouveaux arrivants de participer et d’enrichir la société québécoise, comme de bénéficier des mêmes droits et des mêmes devoirs que tous les citoyens.

C’est dans cet esprit inclusif que la Charte de la langue française a permis que les enfants de toutes origines fréquentent les mêmes écoles. Sans loi 101, il n’y aurait pas eu ces « enfants de la loi 101 » qui symbolisent l’intégration au Québec.

La loi 101 n’a pas été conçue contre le bilinguisme individuel, mais contre le bilinguisme institutionnel. Les Québécois constituent un des peuples les plus bilingues (42,6 %) et le sont nettement plus que les Canadiens (9,7 %).